inaltérable


inaltérable

inaltérable [ inalterabl ] adj.
• 1361; de 1. in- et altérable, d'apr. le lat. médiév. inalterabilis
1Qui ne peut être altéré; qui garde ses qualités. Corps, matière, revêtement inaltérable à la chaleur, à l'air, au frottement. imputrescible, incorruptible, inusable. Couleur inaltérable (cf. Grand teint, bon teint). Ciel inaltérable, toujours bleu. Principes inaltérables. immuable, invariable, permanent, perpétuel.
2(Abstrait) Sans se départir de son inaltérable patience. constant, éternel. « le calme inaltérable de sa voix et de ses manières » (Vigny).
⊗ CONTR. Altérable, changeant, fragile.

inaltérable adjectif (latin médiéval inalterabilis) Qui ne s'altère pas, ne s'abîme pas : Revêtement en plastique inaltérable. Que rien ne peut changer : Un espoir inaltérable dans la guérison.inaltérable (synonymes) adjectif (latin médiéval inalterabilis) Qui ne s'altère pas, ne s'abîme pas
Synonymes :
Contraires :
- altérable
Que rien ne peut changer
Synonymes :
- éternel
- immarcescible (littéraire)
- impérissable
- indéfectible
Contraires :
- éphémère
- momentané
- précaire

inaltérable
adj. Qui ne peut s'altérer. Métal inaltérable.
|| Fig. Patience inaltérable.

INALTÉRABLE, adj.
Qui ne peut s'altérer. Anton. altérable.
A. — Dans le domaine physique
1. Inaltérable (à qqc.). [En parlant d'un corps, du point de vue de sa nature, de sa composition] Qui ne peut s'altérer, subir de changement (dans sa substance). Inaltérable au feu. Le béton de ciment est inaltérable à l'air et dans l'eau douce (BOURDE, Trav. publ., 1928, p. 263). Ces aciers légers et inaltérables que l'on emploie aujourd'hui dans la construction des œuvres d'art (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 204).
2. P. ext. [Du point de vue de la perception visuelle, tactile, auditive] Qui reste intact, identique, que rien ne modifie. Couleur inaltérable. Ce n'est pas avec une voix également argentine et inaltérable dans toutes les notes de son extension que l'on obtient le chant vraiment passionné (STENDHAL, Rossini, 1823, p. 143). Les brumes épaisses et tièdes entretiennent dans les gorges une verdure d'une inaltérable fraîcheur (LOTI, Mariage, 1882, p. 139). On navigua encore plusieurs jours dans du bleu inaltérable (LOTI, Pêch. Isl., 1886, p. 120).
3. P. anal. [En parlant de la santé de qqn] Qu'aucune maladie, qu'aucun mal n'affecte, ou ne peut affecter. Hiver, été, cette pauvre femme passait tout le temps exposée à l'air et sa santé semblait inaltérable (MICHELET, Mémor., 1822, p. 197).
B. — Au fig. [En parlant d'une disposition envers autrui, d'un comportement régulier] Qui se maintient tel quel, qui reste imperturbable. Dévouement, attachement, bonne humeur, douceur, calme inaltérable. En attendant ce plaisir-là, croyez, princesse, à l'inaltérable affection de votre vieux fidèle (FLAUB., Corresp. 1879, p. 315). Il savait accueillir le petit rentier avec une cordialité inaltérable (CAMUS, Peste, 1947, p. 1375).
[P. méton. du subst., en parlant de pers.] D'inaltérables dieux, sourds aux cris insulteurs (LECONTE DE LISLE, Poèmes ant., 1852, p. 281). C'est donc que vous êtes vous-mêmes intact, inaltérable (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1556).
Rare. Inaltérable de (qqc.). Sa petite Madelaine, occupée sans cesse des uns et de l'autre, inaltérable de patience et d'humeur (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 25).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1377 (ORESME, Livre du ciel et du monde, éd. A. D. Menut, p. 448, 58). Empr. au lat. médiév. inalterabilis de même sens (1233 ds LATHAM). Fréq. abs. littér. : 355. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 782, b) 595; XXe s. : a) 353, b) 310.
DÉR. 1. Inaltérabilité, subst. fém. Caractère de ce qui est inaltérable. a) Dans le domaine physique. La cuisson donne l'inaltérabilité à l'argile (G. FONTAINE, Céram. fr., 1965, p. 2). b) Au fig. De la persistance et de l'inaltérabilité des idées (MAINE DE BIRAN, Influence habit., 1803, p. 112). []. Att. ds Ac. 1878 et 1935. 1re attest. 1724 (Le P. CASTEL, Traité de la pesant. univ. des corps, II, 145 ds DG); de inaltérable, suff. -ité. 2. Inaltérablement, adv. De manière inaltérable. Au fig. La nature l'a doué d'un caractère doux et inaltérablement bon (NAPOLÉON 1er, Lettres Joseph., 1796, p. 28). Minos, à côté d'elle, souriait inaltérablement (GIDE, Thésée, 1946, p. 1426). []. 1re attest. 1770 (A. ANTONINI, Dict. français, latin et italien, t. 2, p. 362a); de inaltérable, suff. -ment2.

inaltérable [inalteʀabl] adj.
ÉTYM. V. 1361; de 1. in-, et altérable, d'après le lat. médiéval inalterabilis.
1 Qui ne peut être altéré; qui garde ses qualités. || Corps, matière inaltérable au feu ( Apyre), à la chaleur, à l'humidité, à l'air, au frottement. Imputrescible, incorruptible, inoxydable, inusable.(Sans compl. en à). || L'or est inaltérable. || Éléments inaltérables de la matière (→ Atome, cit. 7). || Revêtement, peinture inaltérable. || Couleur inaltérable. Fixe; → Grand teint, bon teint.
1 (Le diamant) est inaltérable, ou du moins plus durable (…) qu'aucune autre substance.
Buffon, Hist. nat. des minéraux, t. IV, p. 244, in Littré, art. Impassible.
2 Les couleurs presque inaltérables dont on avait peint tout ce monde, toutes ces bêtes, toutes ces nudités, toutes ces robes, toutes ces parures, ont résisté aux siècles, gardé leur éclat (…)
Loti, l'Inde (sans les Anglais), IV, II.
2 Ciel inaltérable. Immuable; → Bourdonnement, cit. 3. || L'inaltérable pureté de l'air (→ Éthéré, cit. 2).
Les mots ne sont inaltérables ni dans leur forme ni dans leur emploi (cit. 6).
3 (1691). Abstrait. Que rien ne peut modifier. || Des principes inaltérables. Invariable, permanent, perpétuel; → Honnêteté, cit. 12. || Une inaltérable douceur (cit. 29). Constant; → aussi Avantage, cit. 56; exprimer, cit. 17. || Patience, calme, placidité inaltérable (→ Boutoir, cit.). || Sentiments inaltérables. Éternel, stable.
3 Ce que le bon goût approuve une fois est toujours bien (…) il tire de la convenance des choses des règles inaltérables et sûres, qui restent quand les modes ne le sont plus.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, V, Lettre II.
4 (…) il y avait, à travers le calme inaltérable de sa voix et de ses manières, un fond de tristesse qui me frappa (…)
A. de Vigny, Servitude et Grandeur militaires, III, VI.
5 (…) une gaieté qui, sans aller jusqu'à la joie, était inaltérable.
A. de Musset, la Confession d'un enfant du siècle, III, V.
CONTR. Altérable, changeant, fragile.
DÉR. Inaltérabilité, inaltérablement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • inalterable — adjetivo 1. Que no se altera o no se puede alterar: Este material es inalterable a l calor. 2. Que no se perturba o altera, o que nunca pierde la serenidad: Nunca lo he visto mostrar inquietud alguna, es inalterable como las rocas …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • inalterable — Inalterable. adj. de t. g. Qui ne peut estre alteré. L or pur est inalterable …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Inalterable — In*al ter*a*ble, a. [Pref. in not + alterable: cf. F. inalt[ e]rable.] Not alterable; incapable of being altered or changed; unalterable. {In*al ter*a*ble*ness}, n. {In*al ter*a*bly}, adv. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • inalterable — index certain (positive), constant, unalterable Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • inalterable — adj. Que no se puede alterar; que no se altera …   Diccionario de la lengua española

  • inalterable — [in ôl′tər ə bəl] adj. [ML inalterabilis] that cannot be altered; unchangeable inalterability n. inalterably adv …   English World dictionary

  • inalterable — ► adjetivo 1 Que no sufre alteración: ■ diseñó un detergente que mantenía inalterables los colores. 2 Se aplica a la persona que no pierde la serenidad y no muestra ninguna alteración ni en gestos ni palabras: ■ escuchó la sentencia con rostro… …   Enciclopedia Universal

  • inaltérable — (i nal té ra bl ) adj. Qui ne peut être altéré. •   L argent, étant moins inaltérable que l or, et ne pouvant être attaqué par certains sels dans le sein de la terre, se présente assez souvent sous des formes minéralisées, BUFF. Min. t. VIII, p.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • INALTÉRABLE — adj. des deux genres Qui ne peut être altéré. On prétend que l or est inaltérable.   Il s emploie figurément, surtout au sens moral. Il supporte les maux de la vie avec une tranquillité inaltérable. Il est d une gaieté, d une douceur inaltérable …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • INALTÉRABLE — adj. des deux genres Qui ne peut être altéré. Métal inaltérable. Fig., Il supporte les maux de la vie avec une tranquillité inaltérable. Il est d’une gaieté, d’une douceur inaltérable. Comptez sur mon inaltérable amitié. Les élus jouissent d’un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)